Artelier

Galerie d’art – 23 rue du Port

A l’occasion de la première Nuit Sauvage, la Galerie Artelier vous ouvre ses portes pour vous présenter le travail de Mathilde André, plasticienne et directrice de la Galerie, ainsi que de l’artiste Royal Glamsters et du sculpteur Jean-Luc Pradels.

Mathilde André – Artiste Peintre

« Le travail de Mathilde André raconte un duel sans fin entre des forces qui emprisonnent et des forces qui libèrent.
D’un côté, les injonctions depuis la petite enfance : « ce n’est pas comme ça qu’il faut faire ». Codes sociaux, codes académiques, codes du langage, codes génétiques, codes, codes, codes. L’artiste se cogne contre un espace dans lequel elle n’a pas de repères, contre un espace qu’elle ne maîtrise pas. Un renvoi sans cesse à sa dyslexie.
De l’autre, le besoin irrépressible de survivre en tant qu’entité créatrice. Que se passe t’il quand on enfreint les règles, quand on sort du cadre? Est-on capable de défier les regards durs, les jugements définitifs, et surtout défier ses propres mécanismes de pensée? Est-il possible seulement de se libérer quand on est à ce point et depuis si longtemps prisonnier des codes et des cases? Si l’on supprime les repères, reste-t-il un espace dans lequel on peut naviguer? L’artiste laisse exprimer la force des émotions, la force de l’instinct. Des couleurs surgissent, des bleus surtout, dans lequel l’artiste navigue, s’affirme, semble trouver une place. Les réalisations révèlent une violence froide, une agressivité maîtrisée, qui ne laisse que peu d’espoir à une libération. Une petite lueur, mince, est pourtant là. L’artiste aime citer Louise Bourgeois: « la couleur est plus forte que le langage ». Peu à peu, les œuvres s’éclairent, se font plus apaisantes et laissent émerger davantage de sérénité. Les couleurs en disent bien plus que les formes. Elles donnent la forme, elles donnent le tempo, elles sont le moment, elles sont le mouvement, elles vibrent. Et en dépit des croyances, elles peuvent toutes s’associer. Mais le résultat est sans appel: les cicatrices restent, les repères graphiques sont omniprésents et rappellent les arts primaires, la répétition des motifs illustre cet attachement à cet espace cartésien que l’artiste cherchait à fuir. L’équilibre est fragile. »

Sylvain Mayer

Email : mathildeandre034@gmail.com
Site : https://mathilde63000.wordpress.com/

Royal Glamsters

« SUB-POP »ART, « SUBVERTAINMENT », MONSTRUEUX, « ART BRUT URBAIN »

S’il se revendique comme un artiste « sub-pop » [ou « subpop »] (catégorie artistique inexistante donc inclassable) c’est à la fois par désir de rester dans le cadre d’un art populaire (Low [Lowbrow] art), modeste, accessible au plus grand nombre (un « art brut urbain ») [ce
qui n’exclut d’ailleurs pas des échos à une culture plus « high » en particulier dans les titres des oeuvres], mais également par référence à ce qui nourrit son art formellement [voir plus haut].
C’est ainsi qu’est né l’univers des « Hooly » et assez rapidement le défi de développer cet univers « d’infantisation » [c’est l’époque où l’on parle de « Kidults » et d’« adulescents »] comme un langage « idéogrammatique » avec sa syntaxe et son vocabulaire, relevant d’une sémiologie abstraite (le monstre ou la créature étant ici considéré comme une abstraction libre et symbolique, émancipée de toutes les règles figuratives) ; le divertissement se ferait subversif !!!
Ce « subvertainment » a évolué tout en continuant d’interroger avec humour et ironie les rapports ambigus et parfois incestueux entre l’art et la société de consommation, la sexualité, la place de l’artiste improductif dans le monde contemporain…Et d’autres sujets encore.
Si son travail évolue, si les formes se font de plus en plus abstraites, c’est toujours avec la prégnance du « monstrueux » et de l’ironie.
Et ce désir de laisser finalement au « regardeur » le dernier mot : la liberté d’interpréter ce qu’il voit…ou ne voit pas ; celle de découvrir et d’interpréter les motifs compliqués et enchevêtrés
de ses dessins, du diable dans les détails… “The Figure in the Carpet” (H. James)

Website (In Progress) http://royalglamsters.com/
Facebook https://www.facebook.com/RoyalGlamsters/
Blog http://royalglamsters.blogspot.fr/
Instagram https://www.instagram.com/royal_glamster

Jean-Luc Pradels

Sculpteur

Cela fait 27 ans que je sculpte. Ma formation s’est faite auprès d’Elisabeth OULLES sculpteur et peintre puis de Jaïldo Marino sculpteur et peintre brésilien.

Issu d’un parcours professionnel atypique, j’ai d’abord été tôlier-carrossier ; mon cheminement personnel m’a conduit au métier d’instituteur puis de psychologue dans un hôpital de jour pour adolescents. C’est là que j’ai commencé à animer un atelier de sculpture sur métal ( relié à mon expérience de carrossier) dans l’idée de construire, avec des éléments de récupération de pièces métalliques, des pièces abstraites ou figuratives. Au travers de cette expérience pas à pas, le modelage est devenu le travail dominant de mon travail.

Mon travail est orienté par les  représentation du corps féminin, du visage…

Leave a Comment on Artelier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.